... Voyage sur ton corps ...  

chowman82 55M
188 posts
4/5/2006 8:06 am
... Voyage sur ton corps ...



Nous sommes debout,
face à face,
tu es loin de faire la moue
je ne te laisse pas de glace.

Nos yeux plongent l'un dans l'autre
nos mains se touchent
et, de la douceur de l'apôtre,
je baise ta bouche.

Ta langue s'enroule dans la mienne,
langoureuse valse de Vienne,
nos salives coulent, onctueuses,
dans nos gorges, heureuses.

Mes lèvres glissent sur ta joue
et ma langue, le long de ton cou,
parcoure des chemins secrets
plus-que-parfaits.

Ta main s'égare dans ta chemise
ouvre fébrile un bouton,
ma bouche suit l'invitation
se fait chaude, exquise !

Mon désir brûle ta peau aventurière,
tu renverses la tête en arrière
et je me noie dans ce troublant parfum
qui s'exhale entre tes seins.

Ah ! Vertige langoureux
Qui me monte à la tête !
Tes boutons sont à la fête,
volent deux par deux,

enfin laissent voir ta poitrine,
enlacée dans la dentelle :
fabuleuse vitrine
de tes douces mamelles...

Tu respires alors plus rapidement
les seins comme des soleils levant,
ma bouche se pose à leur naissance
embrasse leur spectaculaire aisance

puis, tirant sur le tissus
de mes dents sauvages,
je découvre avec hommage
leurs tétons par dessus.

Les deux pointes roses
surgissent, durcies par l'excitation
et de la langue j'ose
venir y jouer les trublions.

Ta poitrine m'est offerte :
je ne reste point inerte
devant tant de beauté
à caresser, lécher, sucer !

J'y met toute mon âme
et tu te pâmes
agrippant mes cheveux,
sensuel aveux...

Puis je t'allonge sur le lit:
de tes jupes relevées
glissent tes jambes, longues fusées,
tel un sulfureux délit.

Je m'en vais te donner l'amande,
je sens que tu en es friande...
Alors, je plonge ma tête entre tes cuisses
et viens fouiller tes poils avec délice.

Ma langue s'immisce dans ton sexe
puis dans l'orifice connexe
et mes mains caressant ta peau satinée
te mettent le feu au périnné !

Ta robe enfin vole,
tu ne portes plus que tes bas
et tu te cajoles
grande ouverte à nos ébats.

Pendant ce temps
je me strip-tease devant toi,
te dévoile grandissant
mon objet roi !

Mon gourdin arrogant,
lisse et dur,
qui t'ira comme un gant
j'en suis sûr.

Alors toi aussi tu te redresses
t'accrochant à mes fesses,
ta langue agile et douce
vient lécher mes bourses,

puis ta bouche avec adresse
saisie mon membre plein de promesses,
de vie et d'allégresse,
sous tes divines caresses.

Tu te fais languissante
du pubis à la fente
et ta bouche chaude invite
à l'explosion de mon vit...

Mais pas si vite !
Ne fais pas jouir ma belle bite
car ta chatte éclose m'appelle
à s'introduire fier et dur en elle.

Alors, tenant tes jambes écartées,
j'approche mon pénis de l'entrée
et caresse tes lèvres gonflées
de la pointe de l'épée :

Ta vulve bientôt aspire mon gland
dans sa chaleur humide et douce
et il suffit un peu que je pousse
pour y plonger totalement...

Le sang afflue dans ma verge
tu le sens palpiter contre tes berges,
mon membre te remplie pleinement
comme un lac dans un étang.

Enfin à fond en toi
je largue les amarres
et pendant que tu tiens ferme la barre
mon navire dans ton ciel flamboie.

Cap sur tes mers profondes,
mon sous-marin te sonde !
Je cherche la fusion ultime
et trouve enfin le chemin
de chaque courbe intime :
sexe, ventre, cou et seins.

Nos corps font des vagues
se soulèvent au rythme du désir,
telle la danse subtile des algues
vers les sommets du plaisir.

Avec attention
je presses mon pubis
tout contre le tien
excitant ton clitoris,
puis, turgescente ascension,
je vais et je viens
ondule et coulisse,
roi de la glisse,
le long de tes lèvres
jusqu'à ton onctueux bijou d'orfèvre !

Ah ! Je resterai des heures
à le regarder briller,
sous mon doux labeur
d'artiste assoiffé.

Et je vois ma grosse pine
écumer ta cyprine !
Et je vois tes mains câlines
soulever ta poitrine !

Je vois tes jambes se relever
et tes belles fesses s'écarter,
dévoilant ton anus
sous mon fier phallus !

Ah ! Ma verge est comme folle,
souple tentacule,
et dans ton large col
j'enfonce mes testicules.

Bientôt c'est tout ton être
que je pénètre
et il te monte à la tête
comme un air de fête...

De ta bouche rose
s'échappent de longs soupirs,
tes pupilles sont closes
sous le poids du plaisir,

J'accélère la cadence :
dans nos sexes en transe
montent en puissance
l'orgasme et la jouissance !

Les veines de mon dard gonflé
palpitent dans ton ventre,
au creux de ta chair se concentrent,
comme prêtes à exploser,

Et, dans une ultime secousse
mélangeant avec bonheur
sexe, passion, chair et sueur
je décharge enfin ma chaude mousse,
je me déverse, m'écoule, bouillonne,
pour te faire jouir telle une lionne
faisant monter l'orgasme à son paroxysme,
fusion, fièvre et cataclysme !

© Cyr



Become a member to create a blog