metro ..:-D  

rm_ElGrandCombo 36M
0 posts
6/15/2005 12:01 pm

Last Read:
3/5/2006 9:27 pm

metro ..:-D


1h30 du matin, ligne orange, station Henry-Bourassa, terminus, tout le monde descend .. tout le monde ? Noon, pas tout le monde, pas nous .. ce soir c'est dans le metro que ca se passe ... hhhhmmmmm. La rame se gare dans les couloirs entrelaces du depot, au fond de la ligne, le controleur s'en va , sans nous voir ... ton coeur bat tres fort, tu me serre la main de toute tes forces tellement tu as peur qu'on se fasse prendre, mais tu reste la, decidee a ce que nous fassions l'amour, ici, dans ce metro, tellement ton desir est fort. Le controleur, s'en va, le metro se ferme ...enfin nous somme seuls, libre de nous aimer comme bon nous sembles, tranquille pour le reste de la nuit. Tu es assise sur la banquette, tes cheveux noir de jais cascadent sur tes epaules et ton regard humide me transperce le coeur .. j'aime te regarder sourire !! Aujourd'hui j'irai lentement, je veux enlever ton chandail avec mes dents, pour que tu sentes la douceur de mes levres t'effleurer partout sur le corps, pour que mon souffle exaspere ton desir, pour que tu n'en puisses plus de me vouloir. Je te prend dans mes bras puissants et t'embrasse passionnement, instinctivement tu enroules tes bras autour de mon cou .. oohh, mon point faible, j'ai un frisson de desir. Je t'embrasse sur le cou, descend tranquillement vers ta poitrine en prenant soins de defaire chaque bouton de ton chandail avec mes dents. Tu t'emeut de la dexterite de ma langue, je n'en ai cure, je veux te posseder, te lecher , te caresser .. je veux jouer une symphonie sur ton corps avec ma langue, je veux t'emporter au 7eme ciel en classe VIP. Je fini de te deshabiller en un tournemain, passant ma langue sur ta peau, ton cou, ton dos, la cambrure de tes reins. Je regarde tes seins et instinctivement je pose mes mains dessus, tu soupires plus fort, tu commence a haletter quand je prend ton mamellon entre mes dents, l'enrobant de salive, le tournant et retournant dans tous les sens, pendant ce temps mes mains ne choment pas, la gauche te caresse le bas du dos, te soutenant pour que tu ne tombe pas tandis que la droite, la plus habile se dirige entre tes cuisses. Tu es toute mouillee, mon dieu, je ne fais qu'un geste et ta jupe tombe, en un petit tas, sur le sol, je commence a te masser le sexe a travers ta culotte .. tu gemis, tu fremis.
Je me penche vers l'ambourchure de tes jambes, la ou elles se rencontrent pour former Le "V" de la victoire, car je sais que, en ce "V", se cache l'antre du plaisir, le sujet de mon desir. Je me penche vers toi , sentant et ressentant tes effluves intimes, j'aime l'odeur de ta chatte, tu es si chaude, si mouillee, comme dirai les specialistes de la formule 1, "Pit Stop". C'est le cas de le dire car tu es tellement mouillee qu'effectivement on croit etre dans un puit. Ma langue, toute seule, comme mue par une force interieure, se pose sur tes grandes levres, les contourne, les caresses, les avales, les relaches ... elle fait connaissance avec ta chatte. Pourtant le supplice ne fait que commencer, je dois faire connaissance avec un certain bourgeon, celui qui est si timide qu'il se cache derrriere tes petites levres, celui qui presentement est tout gonfle de suc et de jouissance, j'ai nomme : ton clitoris. Je l'enroule de ma langue, sans jamais le toucher, juste assez proche pour que tu en veille plus, assez loin pour que tu ne soit pas agressee ...ton sexe se gonfle de desir, ton clitoris se gorge de sang et enfle a vu d'oeil... j'ecarte tes grandes levres avec mes doigt et j'introduit mon pouce en toi. Tu sais, le pouce est un organe fantastique pour qui sais l'utiliser, tu vas t'en rendre compte tres vite. Je bloque mon pouce dans le coin droit de ton vagin tandis que ma langue deviens endiablee, pleine de salive, pleine de vigueur, elle se fourre partout, dans le moindre de tes recoins intimes. Tu cris, tu cris fort, appuie sur ma tete, bouge tes jambes, me demande de continuer, llloolll .. comment crois tu que je ne vais pas t'obeir, je continue, je continue de plus belle, te lechant, recueillant dans ma bouche ta jouissance, la reutilisant pour mieux deguster ton clitoris .. tu cris plus fort cette fois-ci, tu me lacerre le dos de tes ongles, tu me serre la tete, me pince les seins... , tu es en feu, une vrai fournaise .. troop bon, mais ce n'est pas juste ca, les mots sont si faibles, si imparfaits, car il faut te gouter pour comprendre le sens du mot bon, il faut te lecher pour connaitre le sens du mot doux, il faut te sucer pour comprendre la litanie : "encore, encore, encore ..".

Mais cete fois-ci tu m'arrete, tu veux plus que ma langue, tu veux quelque chose de gros, quelque chose de bien dur, quelque chose de delicieux dans tes entrailles. Tu regardes mon chocolat noir avec envie, je sais que tu veux le sentir en toi, je sais que tu veux que je te transperce de mon engin de feu, pour qu'au fond de toi s'eleve le vent de la jouissance, qu'il se mue en cyclone de plaisir et nous emporte au valhalla, moi ton fier viking, toi ma fougueuse valkyrie.
Ta main es sur mon penis triomphant, je bande dur comme l'acier et tu me serre tres fort en gemissant, tes levres s'entrouve seules en une invite muette et tu plonges comme un squale vers ma queue qui vers toi se tend. hhhaaaaa, mon dieu, c'est trop bon tes levres, des levres sensuelles, rouges, habiles, douces, qui entourent ma hampe, que demander de plus, le paradis sur terre. Ta main glisse sur mon penis, le caresse, descend vers les testicules que tu serres de plus en plus fort, la sensation est inimaginable, la chaleur de ta main, la douceur de tes levres , je manque de m'evanouir tellement c'est bon... Mais noooon, arrete, je ne veux pas venir comme ca je veux te prendre ici contre les bancs , pour qu'a chaque fois quand tu es dans le metro, tu y repenses et que ton clitoris se mette a gigoter en un desir muet, delicieusement illicite.
Je prend ma bite dans ma main gauche et commence a la faire tourner en cercles concentriques.. ca s'appelle l'helicoptere ... c'est suppose te faire rire, mais tu ne ris pas, tu ne ris plu, tu veux que je te baise. That it. Tu veux sentir ma queue entre tes jambes, dans ton sexe humide, je le sais a ton regard mais je te laisse faire. Tu prend mon penis et le positionne a l'entree de ton vagin.. !!! Ooohh, quelle chaleur intensement, le Fuji ou l'Etna, peut importe je saurai eteindre la flamme, amadouer la lave. Je sens tout mon sang affluer vers mon gland, je bande dur. Je te saisi les hanches et te retourne, entre deux chaises, les seins sur le bord de la banquette, moi debout, tenant tes hanches entre mes mains, j'ecarte tes fesses et te donne un grand coup de reins HAANNNN ... je suis en toi. Je sens comment ton pussy me serre, tres serre a ce que je vois.. huummm que c'est bon les va-et-viens en toi, interminables, intenses, sublimes. Je ne sais plus ou je suis, je sens mon corps entier en fusion avec toi, je suis sur toi, en toi, pres de toi, nous ne faisons plus qu'un dans le cosmos, je suis ton etoile du bouvier et tu es mon etoile de la tisserande, aujourd'hui la voie lactee ne nous separe plus, nous nous rejoignons dans un scintillement de plaisir.
Un bouillonnement se fait sentir au fond de mes reins, mes testicules palpitent, mouvements furtifs, annonciateurs d'un plaisir fulgurant , j'accepte mes emotions, je comprend mes sensations , je controle mon plaisir ... je me retiens. Le tantrisme nous apprend que l'homme peut etre multi-orgasmique sans necessairement jouir a tout va, le chemin qui mene vers l'orgasme peut lui-meme etre extasique, et ainsi, comme le petit chaperon rouge, nous pouvons flaner en chemin sans s'empresser vers la destination ... je ne vais donc pas jouir, je me controle, je descend mon rythme cardiaque... mon coeur cesse de s'affoler, voila, c'est fait, je peux passer a la vitesse superieure....
Quand il s'agit de desir et de plaisir il faut lacher son fou, se laisser aller sans aucun conformisme puritain. Laisser la morale a la maison, enfermeee a double tour dans le secretaire du boudoir, jeter la honte dans la Seine, le Nil ou la Volga pour qu'elle l'emporte au loin, jusqu'au bout du monde. Je te retourne encore, te plaque contre le mur du wagon, affermi ma prise sur tes fesses, je les ecarte pour bien voir comment mon vit entre et sort de toi, mouvements rythmiques, en quadrature de phase avec tes soupirs, tes cris ..oooh, je sens tes jambes qui me serrent, tu me murmures des choses incomprehensibles, delires passionnes, onomatopees jouissives .. tu m'embrasses, me serre tres fort contre toi, me dis d'arreter , me dis de continuer, .. embroglio de mots, de plaisir, d' intensite, de passion, que veux tu ? tu ne sais pas, tu ne repond plus, tu gemis continuellement, tu cris, tu griffes, tu trembles, tu n'arrete pas de jouir ... et moi aussi je pars, du fond de mes reins la houle de plaisir emporte mes convictions, mon sens de la retenue. La digue de ma maitrise de sois s'ecroule lamentablement devant la passion que tu dechaines, mon corps tout entier est secoue de convulsions jouissive, transe epileptique, parkinson de plaisir, ma seive intime se deverse en toi en long jets chauds,humides, consistant, interminables... je joui, je jouiiii , je jouiiiiiiiii ....

Note: Un petit mot ecris pour une amie ..

Become a member to create a blog