Egon SCHIELE  

patrick_lorraine 55M
155 posts
5/24/2006 11:16 am

Last Read:
5/28/2006 12:25 am

Egon SCHIELE

1890 : Egon Leo Adolf Schiele né le 12 juin, en Autriche, à Tulln,
dans une petite ville proche de Vienne.
Il est le troisième des quatre enfants d’ Adolf Eugen Schiele,
travaillant pour les chemins de fer autrichiens,
responsable de la station de Tulln(1851–1905) et de sa femme Marie, née Soukoup (1862–1935).
Ses trois soeurs sont Elvira (1883–1893), Melanie (1886–1974) et Gerti (1894-1981)
Sa soeur Gerti épousera le peintre Anton Peschka, ami d'Egon.

1896 : Il suit l' école primaire à Tulln.
Son talent pour le dessin est encouragé par son père.

1901 : Egon Schiele est envoyé d'abord à Krems, puis à Klosterneuberg pour poursuivre ses études,
aucune école étant appropriée à Tulln.

1902 : Mise à la retraite du père d'Egon pour aliénation mentale.

1904 : La famille entière le rejoint en raison de la santé détériorante de son père.

1905: Le 1er janvier, mort du père d'Egon.
Ce décès précoce ternit la jeunesse de Egon Schiele.
Schiele peint un grand nombre de tableaux, parmi lesquels figurent les premiers autoportraits.

1906 : Contre l’avis de son tuteur, Leopold Czihaczek, le frère de sa mère,
Schiele entre dans la classe de Christian Griepenkerl à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne.
Il est alors le plus jeune étudiant de sa classe, ses résultats sont jugés moyens.
Les conflits avec le directeur de l'école le forceront à abandonner l'Académie.


1907 : Rencontre d'Egon Schiele et de Gustav Klimt,
Cette date marque le début d'une amitié et d'une fascination réciproque.
Schiele subit l’influence du style de son ami et de la Sécession viennoise.
Les influences de Hodler, Van Gogh,
et Georges Minne joue aussi un rôle déterminant dans l'élaboration de son style.
Le critique d'art Arthur Roessler, qu'il rencontre à l'époque, deviendra son biographe.

1908 : Schiele fait des conceptions de vêtements pour hommes,des chaussures de femmes,
et des cartes postales pour la Sécession viennoise.
Il participe pour la première fois à une exposition au Kaisersaal de Klosterneuburg.

1909 : Schiele participe à la seconde exposition de la «Kunstschau» de Vienne.
Il quitte définitement les Beaux-Arts, trouvant que l'enseignement y est beaucoup trop académique.
Il fonde alors, avec quelques amis, le groupe «Neukunstgruppe» ( Le Groupe pour le Nouvel Art).
Il peint le portrait de sa soeur : "Portrait de Gerti Schiele ".
Egon fait la connaissance d’Arthur Roessler puis, par ce dernier,
des collectionneurs Carl Reininghaus et Oskar Reichel.
Première exposition de la «Neukunstgruppe» à la Galerie Pisko.

1910 : Sur recommandation de l'architecte Otto Wagner ( 1841-1918 )
Il fait des portraits des personnalités de la vie culturelle viennoise.
Il peint un grand nombre de nus expressifs, en trouveant son propre style.
Egon Travaille à Krumau avec l’excentrique décorateur de théâtre Erwin Osen.

Premiers poèmes.
Fait la connaissance de Heinrich Benesch

1911 : Au cour d'un voyage à Munich, il devient membre du cercle "Sema",
une association d'artistes munichois à laquelle appartiennent Klee et Kubin.
ll est obligé de quitter Krumau pour s'établir à Neulenbach en raison de son
concubinage avec son modèle Valérie Neuziel, dite Wally.
Relations avec le marchand d’art munichois Hans Goltz.

Premières publications sur Egon Schiele par Albert P. Gutersloh et Arthur Roessler.



1912 : Plusieurs expositions, entre autres à Vienne, Munich et Cologne.
du 13 avril au 7 mai, Egon fait quelques jours de détention préventive à Neulengbach,
à la suite du procès de Sankt Polten, sous l'inculpation de détournement de mineurs,
de viol et d'immoralité publique.
Il se voit confisquer quelques-uns uns de ses dessins érotiques, qui l'ont conduit
à la comdamnation pour distribution de dessins immoraux.
Au cours de sa détention, il réalise de nombreux dessins sur le thème de l’emprisonnement.

La plainte est retirée.
Il emménage dans un nouvel atelier à Vienne.

1913 : Egon Schiele entre dans le «Bund Osterreichischer Kùnstler».
Il Participe à plusieurs expositions à Budapest, Cologne, Dresde, Munich, Paris et Rome.
Premières collaborations à la revue «Die Aktion», publiée par Franz Pfemfert.

1914 : Schiele fait la connaissance des soeurs Harms.
Prend des cours de gravure.
Participe sans succès au concours «Reininghaus».
Expositions à Rome, Bruxelles, Paris.
Série de portraits photographiques.
Peint "la Ville jaune".
Août, déclaration de la Première Guerre mondiale.

1915 : Schiele peint "la Jeune Fille et la Mort".
Après une liaison de quatre ans, Schiele se sépare de Valérie Neuzil.
Le 17 juin, il épouse Edith Harms.
Il est mobilisé à Prague, puis à Vienne.
Au cours des deux années qui suivent, Schiele peint peu.

1916 : Nombreuses participations à des expositions, en particulier dans le cadre de la «Wiener Kunstschau».
La revue «Die Aktion» publie un numéro spécial sur Schiele.
Il est muté comme secrétaire à Mühling, dans le sud de l’Autriche.

1917 : Il est de nouveau muté à Vienne.
Il projete une association d’artistes.
Le libraire Richard Lànyi imprime un portfolio de 12 héliogravures d’après des dessins de Schiele.
Participe à des expositions d’art autrichien.

1918 : Il peint " La Famille" qui caractérise particulièrement l'évolution
vers une représentation des corps moins torturés et fragiles.
Mort de Gustav Klimt, le 6 février.
Schiele est muté au musée de l’armée de Vienne.
En mars Egon rencontre le succès, lors de la 49e exposition de la Sécession,
dont Schiele a réalisé l’affiche.
La salle principale de l'exposition lui est consacrée.
La plupart des cinquante tableaux exposés par Schiele sont vendus.
Importantes participations dans des expositions à Zurich, Prague et Dresde.
Le 28 octobre, sa femme Edith meurt de l'épidémie de grippe espagnole
qui frappe alors l'Europe au sixième mois de sa grossesse.
Trois jours plus tard,le 31 octobre, Egon Schiele meurt lui aussi, de cette même maladie. à 28 ans.


rm_douce_marie 31F
939 posts
5/25/2006 6:49 am

J'ai vu l'expo au grand-palais sur l'école viennoise. Malgrè Klimt, Schile a creuvé mon coeur. Merci à vous de me l'avoir rappelée.


patrick_lorraine 55M

5/26/2006 11:47 am

C'est tout l'avantage d'habiter la Capitale, la possibilité de voir les oeuvres originales c'est vraiment la meilleure façon pour aprécier et ressentir les toiles.


rm_douce_marie 31F
939 posts
5/27/2006 6:43 am

Oui, mais suis originaire des vosges aussi (pas loin de chez vous). Et c'est vrai que question peinture, ce n'est pas terrible. Marie


Become a member to create a blog