COMME CELA SE PASSE PARFOIS...  

parisbluelaser 50M
43 posts
8/14/2006 2:52 pm

Last Read:
11/11/2008 3:34 am

COMME CELA SE PASSE PARFOIS...

Leurs regards se tournèrent l'un vers l'autre. Leurs yeux échangeaient déjà ces messages muets venant du plus profond de leur être. Un désir puissant les attirait irrésistiblement. Ils se rapprochèrent malgré la foule qui les séparait. Ils allaient enfin se retrouver dans les bras l'un de l'autre…

Au moment de l'embrasser, une myriade de souvenirs émouvants et torrides envahit Valérie. Elle n'avait pas vu Pierre depuis de si longs mois. Elle avait fini par l'oublier, le gommer de sa mémoire. Cette période avait été tellement douloureuse !

Il se rappelait tous les détails de leur dernière rencontre. Ils étaient partis ensemble en Italie. Ils avaient souvent arrêté la voiture pour se livrer à leurs jeux… Valérie avait de si belles jambes. Elle aimait poser ses pieds nus sur le tableau de bord devant elle et rejeter son dossier en arrière. Elle entrebâillait alors son chemisier et faisait semblant de s'endormir. Pierre profitait toujours de ces moments pour la caresser tout en conduisant. Il savait qu'elle aimait çà et qu'elle le faisait exprès. C'était si bon… Les routiers aussi, parfois, se délectaient du spectacle lorsqu'il les doublait sur l'autoroute. Et puis il y avait eu cet hôtel où le service d'étage les avait surpris en train de faire l'amour sur le palier, le restaurant où il l'avait caressée sous la table… Elle avait joui en silence, mordant à pleines dents sa serviette pour ne pas crier !

Valérie avait décidé un jour de ne plus porter ni culotte ni soutien-gorge, un simple porte-jarretelles en soie retenait ses bas très fins et ses seins pointaient fièrement sous ses chemisiers. Elle aimait voir le regard de Pierre se troubler lorsqu'elle se collait à lui… Elle se souvenait maintenant comment il l'avait prise lorsqu'il était venu lui apporter des échantillons dans la salle où elle organisait les nouvelles collections. Ses collègues auraient pu entrer et découvrir la scène !... Il l'avait couchée sur le dos à même une table au milieu d'un amoncellement hétéroclite de nouveautés, elle n'avait même pas eu le temps de retirer sa jupe et il l'avait pénétrée en maintenant ses longues jambes tout contre lui. Son chemisier s'était ouvert et il voyait ses seins danser au rythme de ses assauts. Il l'avait agrippée par les hanches pour mieux la pénétrer… Et lorsqu'il l'avait prise ensuite par derrière une volupté incroyable l'avait submergée ! Il était tard ce soir là. Son orgasme avait été plus fort que d'habitude mais le gardien n'avait pas dû entendre ses cris de bonheur… Il faut dire qu'elle l'avait provoqué volontairement en se baissant devant lui, découvrant ses fesses et lui laissant apercevoir l'intimité de sa vallée. Sa réaction avait été immédiate !

Pierre avait aperçu Valérie pour la première fois lors d'un salon professionnel. Il se rappelait cette femme élégante et distinguée qui virevoltait sur son stand à la recherche de nouveautés. Il l'avait d'abord suivie des yeux et n'avait pas osé s'en approcher. Mais au moment où elle allait partir il s'était précipité pour la renseigner, pour qu'elle reste encore un peu plus longtemps. Il lui avait alors expliqué la fabrication des produits, donné des informations que jamais il ne donnait à personne, vanté la qualité de ses produits lui qui, d'habitude, restait toujours en retrait. Elle l'avait tout d'abord écouté d'un air blasé puis s'était amusée de voir un tel déploiement d'énergie. C'était tellement inhabituel… Et puis elle était partie car elle avait des rendez-vous. Pierre était resté là, complètement désemparé par le départ de cette femme merveilleuse qui était entrée par effraction dans son esprit et il n'avait plus pensé qu'à elle le restant de la journée. Il n'avait même pas accepté d'invitation à dîner le soir avec ses amis comme il en avait l'habitude et avait décidé de rentrer à son hôtel pour se coucher.

En arrivant à la réception, il ne la reconnut pas immédiatement: elle portait un long manteau et lui tournait le dos. Seule sa chevelure rousse flamboyante, tombant en cascade sur ses épaules, attira son regard. Pierre n'en croyait pas ses yeux, elle était descendue dans le même hôtel que lui. Il se précipita mais elle l'avait déjà aperçu. Elle lui sourit, s'étonna de le voir, lui demanda s'il l'avait suivie et lui déclara qu'elle était contente de le revoir. Pierre aussitôt l'invita à dîner, ce qu'elle accepta après une courte hésitation.

C'est dans le taxi qui les emmenait au travers de la ville que Valérie aperçut pour la première fois le regard de Pierre vaciller lorsqu'elle croisa bien haut ses jambes gainées de soie sombre. Il la dévisageait sans vouloir le laisser paraître mais elle avait entrevu ses yeux brillant d'un désir maîtrisé. Elle en avait été flattée mais avait fait mine de ne rien remarquer.

Au restaurant ils avaient parlé de choses et d'autres, de sujets anodins, de leurs dernières vacances, du film qu'ils avaient vu avant ce salon. Ils n'avaient pas évoqué leur travail et avaient évité tout sujet professionnel. Au cours du repas, Pierre lui avait incidemment effleuré la main et elle ne l'avait pas retirée. Il s'était demandé si son imagination lui jouait des tours et s'il n'avait pas rêvé mais lorsqu'il sentit la jambe de Valérie venir frotter la sienne, il comprit que cette femme ressentait la même attirance que celle qu'il avait éprouvée quelques heures auparavant. La lumière des bougies donnait aux yeux de Valérie un éclat particulier qui laissait transparaître son désir. Ils décidèrent de rentrer rapidement à l'hôtel…

Leur liaison dura plus de deux années. Ils se retrouvaient les week-ends et passaient souvent de longues nuits agitées ensemble qu'ils terminaient exténués, lovés l'un contre l'autre. Ils s'appelaient tous les jours et ne pouvaient pas rester séparés très longtemps mais ils n'habitaient pas ensemble. Pierre et Valérie avaient besoin de leur indépendance, chacun de leur côté. Ce n'était qu'une façade…

Un jour, Pierre partit pour un de ses voyages réguliers et ne donna plus de nouvelles: il disparut ! Valérie le chercha, l'appela, fit tout ce qu'elle pu pour savoir ce qu'il était devenu. Elle ne parlait plus qu'à son répondeur, frappait à une porte close et se désespérait. Il lui fit savoir un jour qu'il allait bien et avait recommencé une autre vie. Elle lui en voulut pendant de longs mois, qu'elle passa trop souvent en pleurant, puis un jour elle commença à l'oublier et enfin elle lui pardonna. L'oublier ?… Pas tout à fait car Pierre avait profondément marqué sa vie, leur expérience avait été trop intense ! En fait elle l'aimerait toujours dans un petit coin secret de son cœur…

Pierre, de son côté, et après de longs mois d'absence, avait essayé de la contacter à nouveau mais n'y était pas arrivé. Elle avait sûrement été mutée et elle avait déménagé. Il avait alors renoncé à la retrouver.

La foule continuait de défiler autour d'eux sans prêter attention à cet homme et à cette femme qui se désiraient intensément. Ils étaient déjà dans les bras l'un de l'autre. Pierre sentait les seins de Valérie contre sa poitrine et il savait qu'elle ne portait certainement rien sous sa jupe. Il allait bientôt s'en assurer... Leurs lèvres commencèrent à se toucher lorsque le téléphone de Valérie se mit à sonner. Elle hésita, regarda l'écran et décrocha avec fébrilité. Pierre reconnut une voix d'homme qui parlait et il entendit Valérie lui répondre:
- "Oui, je suis à l'entrée… Hall B, allée G… Ah, tu es déjà arrivé ? Je t'attends…"
Elle raccrocha prestement et se dégagea brusquement en regardant autour d'elle. Pierre aperçut alors son principal concurrent déboucher de l'allée voisine et se diriger d'un pas rapide directement vers eux. Arrivé à leur hauteur son visage s'éclaira tout d'abord d'un grand sourire en regardant Valérie,
- "Bonjour ma chérie, je te cherchais…"
Puis son expression changea et il fusilla Pierre du regard. Elle embrassa alors le nouvel arrivant et lui dit d'un ton qui se voulait désinvolte:
- "Un ancien fournisseur…"
Sur ce, elle lui prit la main et ils s'éloignèrent sans un regard pour cet homme qu'elle avait tant aimé...


rm_mykana 43M
85 posts
8/15/2006 5:59 am

Les histoires d'A, les histoires d'Amour finissent maaal en gé-né-ral! Peut-être pour cela que ce sont de très jolies histoires...

Mykana


rm_bigoud111 51M
21 posts
9/22/2006 8:36 pm

J'adore ce genre d"histoires.Je trouve que tu as du talent pour ce style d'écrit.Erotisme et sensualité quand tu nous tiens....Ravi de te lire


Become a member to create a blog