Martinet et dr  

matmale1 50M/53F
0 posts
4/7/2006 6:19 am

Last Read:
4/8/2006 2:47 am

Martinet et dr

Geai beau jouer au professeur, tu n'apprends pas tes leçons.
Tu seras donc rouge comme une perdrix sous mes pinsons
Alors, m'Edith cela petite tête de Piaf ou de linotte,
Et si tu ne comprends toujours pas, tu baisseras ta Q hulotte
C'est avec mon rossignol dans ton anus que je te ferais chanter
Après t'avoir fait connaître le doux sifflement du martinet.
Avec ton cul blanc de faucon pèlerin bien raie curé,
Devant Mr Labbe à grande queue tu auras bientôt l'air d'une effraie des clochers.
Quand mon grand vautour moine pénétrera ta bernache nonette ,ton eider à duvet
N'essaie pas de roucouler ma tourterelle écervelée
Pour mieux me faire le coup du casse noix moucheté
Sinon tu connaîtras ma buse féroce, mon combattant varié
Tu tâteras de mes bottes d'aigle, petite grue
Et parole de chevalier arlequin çà fera paon - paon cul - cul
Tu ne rigoleras plus petite mouette rieuse
Quant je te ferais tourner sur ma sur ma broche baveuse
Tu ne seras plus une pie grièche à poitrine roseMais plutôt un rouge gorge vu les ecchymoses
D'une poule d'eau tu as le bas du dos
Tu seras maq domestique moineauEn soubrette tu seras super chouette
Tu le seras moins quand je t'aurai plumé comme une alouette
Je veux entendre ton râle d'eau
Quand je dévoilerai mon corps beau
Comment tu bailles aux corneilles, sacrée cigogneBécassine sourde, ou pie bavarde tu mérites que te je cogne
Parle moi plutôt de Bonaparte, de six hérons
Pendant que je me farcis ton croupion
Si je te dis Aristide je t'en prie
Ne réponds pas Bruant ziziOu je t'enfoncerai mon pic épeiche
Dans l'épaisse rondeur de tes fesses
Tu penses peut être que je suis un vrai faucon
Mais crois moi je sui loin d'être un pigeon ;
Et si petite fauvette à lunettes, petite fauvette pitchou
Un jour tu veux me faire cocu coucou
Si tu me défies en étant volage
Je te rognerais les ailes et te mettrais en cage
Tu pourrais toujours piailler et me seriner
Tu resteras mon grèbe esclavon à jamais
De m'échapper tu n'auras plus d'espoir
Sur toi planera toujours l'albatros à soucirs noirs

Pourtant je t'aime comme un fou de bassan
Et je t'aimerai à Paris comme à Milan
Quant à Caen, nous nous lasserons des cancans du toucan
Je te ferai voir la bergeronnette des Balkans
Le jaseur boréal nous jouera la sérénade des amants
Pendant que l'amour comme un aigle royal te faisan
Alors de la tournée des grands ducs nous serons dignes
Dans les palaces de Canes je te ferai cygne
Et toi ma colombe tu me feras pipit dessus sans gène
Et moi Je te nourrirais de mes vers de mes petites graines.

Tous droits réservés à Matmale et Matutinale

matmale1


Become a member to create a blog