Le vol.........................................  

assuricaback 37M
308 posts
3/27/2006 8:39 am

Last Read:
9/8/2006 12:14 pm

Le vol.........................................


Mon sac est ouvert, sur mon bureau j’y dépose mon ordinateur la connectique des feuilles, des chemises cartonnées, un stylo, et les dossiers en cours. Mon départ est imminent, j’ais réservé mon billet sur Internet mon sac de linge est dans le coffre, j’y vais.
Ce n’est qu’un vol intérieur mais c’est toujours pénible toute ces démarches et le temps demandé pour un aussi ridicule voyage, cinquante minutes de vol, une heure de préparation vint minutes pour aller à l’aéroport vint de plus pour l’enregistrement et autant pour récupérer son sac si on a pas eu la présence d’esprit pour le garder en cabine.
Après toute ces péripéties me voila donc dans le couloir qui mène à cette grosse masse de fer censé vaincre l’apesanteur, au passage j’attrape quelques journaux, on sait jamais je n’aurais peut être aucune oreille attentive au débit de parole qui me caractérise quand j’ai peur de passer pour une personne inintéressante.
Devant la porte de l’appareil malgré de nombreuses utilisations de ce moyen de transport une appréhension se fait ressentir, aussitôt apparut aussitôt oublié je franchi le seuil, et là comme à la coutume l’équipage tout sourire me salut et m’indique le chemin, sur la gauche un homme d’une quarantaine d’années sûrement le pilote au vu de sa chemise blanche et des pseudos décorations trônant sur la partie gauche de sa poitrine, juste derrière le clone de celui-ci un peut plus jeune, à droite avant le couloir qui mène aux sièges une première hôtesse sûrement du même age que le premier homme, qui dût en son temps être un de ces fantasmes récurent dans la tête des hommes, et juste derrière même tenu quinze ans de moins à priori des yeux bleu gris magnifique, et la chevelure rousse coupée courte, un sourire pétillant sans un mot en m’indiquant d’un geste de la main la direction de mon siège fait lever toute appréhension et fait naître un début de rêve qui m’occupera pour les cinquante prochaines minutes.
Je m’installe donc à ma place vers le milieu de l’avion, il n’y a personne derrière moi ni sur ma rangé d’ailleurs, et les places me précédant sont au trois quart occupées.
Pourtant entré dans les derniers, je m’étonne de voir un vol régulier aussi vide, enfin tant mieux j’aime pas trop la foule. Lors d’un passage à ma proximité j’interpelle uns des hôtesse qui m’indique qu’il y a eu un problème dans la billetterie, me satisfaisant de cela et surtout ne m’en souciant guère je retourne à mon journal que j’avais ouvert pour y regarder quelques chiffres n’intéressant que quelques rapaces comme moi.
Avant le décollage nous eûmes droit à la présentation de sécurité que personne n’écoute habituellement, je doute avoir besoin d’un gilet de sauvetage entre Toulouse et Paris, mais cette fois l’hôtesse que j’avais remarqué en pénétrant dans la carlingue avait un spectateur bien assidu, en effet maintenant j’aurais bien besoin de ce gilet car j’étais en train de me noyer dans ses yeux.
Ce qui avait été un rêve au premier regard échangé avec cette belle hôtesse se transforme rapidement en envie, et mon regard sûrement peut discret déclencha un certain intérêt à la destinatrice.
Après m’être dit arrête de rêver une bonne dizaine de fois je me concentra pour arriver a repenser à mes chiffres, il faut le dire beaucoup moins glamour. J’attacha donc ma ceinture releva mon siège en bon élève, et attendit que cette énorme machine daigne s’élever dans les cieux toulousains. Après un bref instant et l’avion ayant stabilisé sa trajectoire, je me libère de cette ceinture oppressante, je range mon journal inintéressant au possible et attend que ma charmante hôtesse vienne me proposer une collation. Ceci étant fait et ayant refusé poliment, je ne manqua pas de prendre le main de cette magnifique hôtesse pour lui dire quelque chose mais aucun mot ne sort de ma bouche et mise a part un regard intense je n’arrive a lui faire partager que la pression de mes doigts sur les siens.
Un sourire timide termine pour sa part ce bref entretien, elle continue son avancée vers les autres passagers, si elle avait des yeux dans le dos elle verrait que deux yeux voyageaient déjà partant de ses chaussures à talons remontant sur ses mollets aux apparences fermes et faisant déjà grimper un désir celui de les caresser, leur voyage après cette escale continue au creux des genoux où la dizaine de doigts se voyaient déjà toucher délicatement ce morceau de peau si sensible. Derrière ses yeux rêveurs ma langue s’imagine déjà remonter le long d’une des cuisses se frayant un passage sous cette jupe cintrée, accompagnée dans cette aventure mes mains peuvent déjà sentir la forme des fesses qu’elles saisissent.
Ce dernier voyage fût si lent que sans pouvoir le continuer la silhouette de la jeune femme disparaît de mon champ de vision.
Heureusement ce ne fût qu’un bref instant, en effet elle revient dans le couloir et se dirige d’un pas décidé dans ma direction je ne manque pas au passage de refaire l’inventaire coté face refaisant le même chemin de bas en haut mais plus rapidement, elle passe juste a coté de moi me rend mon sourire très poliment et disparaît de nouveau derrière un rideau fermant l’arrière de l’appareil.
La climatisation réglée à son maximum de frais et dirigée directement sur moi, je commence quand même a avoir très chaud, le logo « occupé » sur les toilettes avant de l’appareil me donne l’excuse de me diriger vers celles de l’arrière, arrivé au trois quart de l’appareil je doit tirer le rideau séparant mon corps en émoi de l’endroit inconnus.
Je me dirige donc innocemment vers les toilettes arrières et découvre la jeune hôtesse assise sur un fauteuil dans le fond probablement en pause, en passant à proximité je réitère un des multiples regard déjà lancés dans ses yeux et là le temps semble s’arrêter, je ne sais combien d’idées folles, de rêves, d’envies, de désirs traversent mon esprit mais cela doit être communicatif quand en retour le sourire polie se transforme en regard charmeur grâce à ses yeux pétillants qui pourrait faire pâlir une coup de champagne.
J’ouvre la porte du lieu me faisant défaut et ne la refermant pas je laisse s’écouler l’eau et passe mes deux mains sous le faible jet, m’asperge le visage pousse un soupir et ressort dans un mouvement plus mécanique que fluide. Je pousse le battant et derrière elle est encore là, mais debout, le fantasme est à son paroxysme et à porté de main, n’écoutant plus depuis mon journal rangé les règles de bienséance je me dirige directement sur elle, avance ma tête vers la sienne ferme les yeux, entrouvre ma bouche et à ma surprise je sentit ses lèvres sur les miennes et sa langue sur le bout de la mienne.
Puis s’en suit un baisé intense et timide à la fois, en effet nos bouches se goûtent avec ferveur mais ses bras restent ballants et mes mains hésitent encore a se poser sur cette demoiselle qui plus qu’un fantasme est un vrai mythe. La retenue n’ayant que trop durée, ma main droite se posa son ventre le toucher de ce tailleur, si mythique justement fait grimper l’excitation à toute vitesse. Ma main gauche saisie sa nuque pour avoir sûrement une vague impression de contrôle de la situation, Ses mains plus tardive au contact mais moins timides s’activa a déboutonner ma chemise, elle arrête de m’embrasser se penche à mon oreille et me dit dans un sourire à voix basse « je n’ais que dix minute de pause », le message était clair ce n’était pas le moment de jouer une love story. La chemise ouverte et ses mains dans mon dos, je repris possession de sa bouche et déboutonna sa veste, j’y vois apparaître un soutien gorge blanc en dentelle, et sans perdre de temps descend ma bouche le long de son coup et embrasse son décolleté, une de mes main passe dans son dos y trouve l’attache de celui-ci et par miracle ou du fait de mon expérience (ndlr : rire) se détache en un clin d’œil. La main restée sur nuque tout ce temps descendis au niveau de son seins droit passe sous la dentelle et saisie celui-ci pour le masser avec force et douceur, malgré l’antinomie de ces façons de faire l’équation a l’air parfaite, elle relève sa tête en arrière et sourit. Ma main reste dans son dos après un brève hésitation se dirige sur sa cuisse et même si sa jupe serrée semble infranchissable par ce chemin je me glisse dessous et caressant sa cuisse de plus en plus haut relève cette barrière, pour la fin du mouvement la mythique demoiselle m’aida et de l’autre coté tira sur cette jupe afin de laisser apparaître un string du même blanc que le haut.
Me trouvant sûrement trop lent et pensant sans doute à ce qu’elle était en train de faire mais ne pouvant plus reculer, elle prit les chose en main, ses mains justement plongent au niveau de ma ceinture, ouvre cette dernière déboutonne mon jean et sort mon sexe encore plus tendus que moi, sa main passe sous ma bourse, qui se retrouve aussi dehors, puis remonte sur tout la longueur de mon pénis.
Elle se recule complètement contre la paroi, relève sa jambe droite pose son pied sur l’accoudoir du siège de la dernière rangé échancre son string pour libérer son sexe et de son autre main m’invite a se coller à elle.
Dommage à cet instant milles idées me traversent l’esprit mais c’est comme ça que cela doit se faire, cela se fera comme ça, j’embrasse le cou de la charmante hôtesse, sans oublier d’alterner avec des passages de ma lange uniquement et saisie la peau léchée délicatement entre mes dents. Je saisie mon sexe dressé dans la bonne direction d’une main et une des fesse de la demoiselle de l’autre, avance mon bassin jusqu’au sien. La première sensation sur le bout de mon pénis est le tissu présent sur le bord de son intimité, puis le bord de sa lèvre ensuite la chaleur qui guide mon objet de péché à continuer. Je ne la pénètre qu’a peine et déjà tous mes muscles se tétanisent, elle saisie mes deux fesses et d’une façon très directive m’invite à terminer mon mouvement.
Une de mes main remonte sur un sein l’autre reste sur la fesse, on recommence a s’embrasser et le mouvement de va et viens de mon sexe dans son sexe se fait très rapide et profond, nous le savons tous les deux nous n’allons pas réviser le kamasoutra ici, donc nous nous embrassons encore et encore étouffant ainsi nos gémissements et je lui caresse le sein et la fesse qui sont dans mes mains de plus en plus fort suivant l’intensité du plaisir qui n’a de cesse que de monter.
Elle ne lâche pas mes fesses et à chaque coup de rein amplifie la pression sur celles-ci, je n’ais aucune autre solution que de continuer ainsi et donc je continue mes mains auraient aimé se balader sur la totalité de son corps, ma bouche rêve de caresser toute les parie encore nombreuse inconnues, mais là ce n’est pas un rêve donc en respectant cette philosophie si souvent utilisé à tort « carpe diem » nous sommes là debout à l’arrière de son lieu de travail et de mon moyen de transport.
Et la jouissance qui en suit dût à toutes les conditions réunies que vous aurez pût suivre le long de ce texte n’en est que mythique….

florayrton 35F

3/27/2006 4:15 pm

Mmmmmmmmooouuuuuuuuuuui...
Tant d'attente et finalement je reste sur ma faim...
Tu nous mets l'eau à la bouche mais tu nous la retires trop vite...
Je te mets au défi de nous en faire un autre avec une autre rousse aux yeux bleus et regard de braise mais celle ci aux cheveux longs où tu laisserais libre court à toutes tes envies avec cette autre femme mythique...
En tous les cas, j'ai eu l'honneur d'être la première à te lire et à commenter de surcroît, j'en suis très honorée même si tu n'as pas été à la hauteur( décidément ça devient une habitude!)de l'attente que tu as su suscité en nous à l'idée de nous régaler avec une nouvelle histoire...
Bon sang qu'est ce que ça fait du bien d'être une garce! lol
Tu sais que je te taquine,
vivement le prochain...


assuricaback 37M

3/28/2006 5:43 am

Floure je te remercie pour ton commentaire trés intéressant, je suis désolé que ce dernier ne soit pas à ton goût mais au risque de me répéter ce son les situations qui me motive plus que le reste.
Mais j'en prend bonne note et essayerais de faire en sorte de te satisfaire si cela est dans mes moyens, trés limités.
Ecrire sur le sexe sans sombrer dans le porno c'est compliqué et mon métier c'est plus les chiffres que les mots, donc j'arrive vite à mes limites, et je ne ferais pas de porno.

Bise

alexandre.


florayrton 35F

3/28/2006 7:07 am

J'en prends bonne note aussi. Et pour pimenter la chose, je relève le défi que je t'ai proposé, je vais écrire un texte sur le sexe et tu pourras apprécier ou non mes talents d'écrivain tous relatifs...
Ecrire sur un sujet qui nous passionne ne devrait ps poser de problème.
J'espère que tu seras bien inspiré sous peu, je commence pour ma part à entrevoir le cadre de mon histoire...Au bord d'un lac peut être...
En attendant de te lire,

Bonne continuation,
et je m'appelle
F L O R E...


rm_alicente 39F
1 post
3/28/2006 7:50 am

et c'est là que j'interviens pour dire merci...
encore une fois joli et excitant sans tomber dans le vulgaire.
vivement mon premier uniforme !!


serenaz51 39F

3/29/2006 3:41 am

Alexandre...te lire est toujours un réel plaisir, ton écriture est envoutante... Alors Merci!

Tes lignes ont la magie de me faire ressentir tes émotions, tes désirs, tes envies, et lorsque j'arrive à la fin de tes rêves si joliement écrit...j'ai envie...d'en lire plus!!! Bientôt j'espère??

J'ai complètement adorée!!

Je t'embrasse,

Cathy.


assuricaback 37M

3/29/2006 7:09 am

Dès que ton uniforme est près n'hésite pas a m'en faire part, tu me le détailleras et j'écrirais peut être une suite, je suis content de tout vos témoignages ici où ailleur je ne pensais pas que mes pensées les plus intimes pouvais interesser quelqu'un mais qu'en plus elles donnent des émotions, me fait me demander pourquoi je cherche encore a avoir des relations physiques.
Je plaisante bien évidement, en tout les cas je tiens a vous témoigner mon admiration pour croire encore qu'il existe des mecs biens avec tout ce que l'on voit et certaine saurons de quoi je parle.

Je vous embrasse et vous remercie.

Alexandre.

ps : pour ceux que ça interesse le prochain texte arrive rapidement il est question de voiture de cabriolet plus précisément .


rm_jul05 59M
3392 posts
9/6/2006 2:03 am

bien ton histoire. elle nous fait rêvé. les hotesses sont fait pour rêvé de sexe toujours


Become a member to create a blog